Rechercher un bâtiment
Recevoir notre newsletter
L'email entré semble incorrect
Un e-mail de confirmation vient de vous être envoyé
[Retour à images.archi]
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Lancer le diaporama en plein écran
DiaporamaEntre Strasbourg et Kehl, l'architecte Marc Mimram connu pour ses ponts concevait en 2004 la passerelle des deux rives, comme un trait d'union entre l'Allemagne et la France, en signe de paix. Long de 180 mètres, l'édifice relie les deux villes et offre un point de vue inédit sur le Rhin.

Le bâtiment est présenté le dimanche 11 août 2019 sur France Inter dans le cadre de la série de chroniques Les choses de la ville, en partenariat avec l'Ordre des Architectes.

 

 
Passerelle des deux rives à Strasbourg / Kehl
Sur le Rhin, 67 000 Strasbourg / Kehl
Architectes : Marc Mimram [site officiel]
Programme : Passerelle pour piétons et cyclistes d'une portée de 180 m sur le Rhin
Année de livraison : 2004
Photos du diaporama : Erieta Attali
Toutes les informations
Maître d'ouvrage : Ville de Kehl et la Communauté Urbaine de Strasbourg
Budget : 12,8 M €
Surface : 180 m
Diaporama
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
Passerelle des deux rives - Arch. Marc Mimram - Photo : Erieta Attali
sur actu.archi
Revue de presse
Comment refaire la ville sur elle-même en l’ouvrant sur la nature ?
Le premier des six ateliers organisés par l’Institut Paris Région avait permis de s’acculturer au concept de zéro artificialisation nette (le ZAN). Le second, qui s’est tenu le 27 février, est entré dans le concret : le ZAN, c’est joli sur le papier, mais comment le met-on en œuvre pour que la ville, la région Ile-de-France, continuent d’accueillir du monde sans plus empiéter sur les terres agricoles, les milieux naturels, tout en créant de nouveaux espaces verts et… avec l’acceptation des citoyens qui ont une vision souvent négative de la densification ?
Ecouter le podcast
Voir le diaporama